house-2368389_1920

Investissement locatif

Investissement locatif à Rennes : miser sur une ville avec une forte demande locative !

Rennes a été classée « meilleure ville où étudier » devant 56 autres villes françaises (classement 2020-2021 réalisé par le média étudiant THOTIS, spécialisé dans l’orientation). Cette première palme, Rennes la doit entre autres à une offre académique complète et à un cadre de vie exceptionnel.

La capitale bretonne comptait 69 000 étudiants en 2018-2019. Ce qui en fait le premier pôle d’enseignement supérieur du Grand Ouest. De plus, le Campus de Beaulieu regroupe une vingtaine d’unités de recherche labellisées par les grands organismes de recherche nationaux (CNRS, INRA, INRIA ou INSERM). Ce double atout, « pôle d’enseignement supérieur» + « la recherche » attire des entreprises qui s’implantent, notamment dans le domaine du numérique et de l’agro-alimentaire.

Le marché Rennais est un marché d’investissement locatif « drivé » par la population estudiantine. Rennes compte deux universités, Rennes 1 et Rennes 2 et une quinzaine de grandes écoles.  Avec une population de 69 000 étudiants ce sont autant de locataires potentiels !

La SO.RE.IM vend des logements (T1/T2/T3/T4), non loin du centre-ville de Rennes, à proximité de la seconde ligne de métro (programme L’atelier d’amarante) ou non loin du Campus de Beaulieu (programme Topaze), parfaits pour un investissement locatif.

Investir à Rennes : une ville française en pleine croissance.

Capitale de la Bretagne et préfecture de l’Ille et Vilaine, Rennes est une des villes françaises où il fait bon vivre et habiter. Une ville étudiante en constante effervescence, une ville attractive et dynamique, dotée de nombreux atouts :

  • La LGV qui relie Paris en 1h25,
  • Une nouvelle gare avec son quartier d’affaires EuroRennes,
  • Des transports en commun qui facilitent les mobilités : lignes de bus, une seconde ligne de métro,
  • Des vélos en libre accès (VELOSTAR),
  • 1 aéroport international,
  • Un nouveau centre des congrès « Le Couvent des jacobins”.